Actualité

2017-Anouck Durand-Gasselin: Echappée Partage des eaux

 Jours et heures d'ouverture:
 Du jeudi au dimanche et jours fériés de 15h à 20h; autre accueil sur demande



Rencontre avec Anouck Durand-Gasselin:
dimanche 20 août à 11h

Télécharger le carton d'invitation:

ADG-invitation-2017.pdf

Cet événement est proposé dans le cadre des Echappées 2017 en écho au PARTAGE DES EAUX, un parcours artistique dans les Monts d'Ardèche porté par le Parc naturel régional des Monts d’Ardèche. 

Voir le site web dédié au Partage des eaux:

www.lepartagedeseaux.fr/accueil-partagedeseaux.html
                            
  
La galerie Mirabilia située à proximité de la Caverne du Pont d'Arc - Grotte Chauvet fait partie des Echappées, 
hors territoire du parc mais jalon entre le Sud-Ardèche et la ligne de crêtes. En collaboration avec la galerie ALB, nous présentons le travail de l'artiste:





Tamogitake, 10, 2016, Sporée, aluminium, ©ALB




Tamogitake, 1, 2016, Sporée, aluminium, ©ALB

 


 






Autres séries exposées:


Couledoux, série Paeredeiza, photographie, tirage sur dibond, 2005, ©ALB






Sang d'encre, Sporée, papier photo, dibond, 2009-2015, ©ALB

 

Tout d’abord photographe, Anouck Durand-Gasselin commence ses recherches dans la forêt avec la cueillette et la marche. Les éléments trouvés (tapis, champignon ou encore récemment bois de cerf) font l’objet d’une attention soutenue et de manipulations variées (moulage en plâtre, sporulation, mise en scène). Ces expérimentations se prolongent en dispositifs de création méthodiques voire scientifiques. Le temps est nécessaire à la traversée du visible pour atteindre le coeur de la matière et la profondeur du regard. L’enjeu est absolument celui de l’image et de l’imaginaire. Ainsi absence, traces, manque, défauts et imperfections constituent le champ de son expérience structuré par la rigueur des dispositifs mis en place, animé par la recherche de l’invisible et la volonté d’un certain ré-enchantement.

 
Anouck Durand-Gasselin est représentée par la Galerie ALB, Paris

A propos de la ligne de partage des eaux

voir: www.parc-monts-ardeche.fr/actions-du-parc-en-faveur-du-territoire/le-partage-des-eaux/echappees.html

A propos des Echappées:


 

Le PARTAGE DES EAUX: Collection d'oeuvres pérennes à ciel ouvert en parcours libre:

Gilles Clément / Gloria Friedmann / Huang Yong Ping / Olivier Leroi / Stéphane Thidet / Felice Varini / Eric Benqué / IL Y A / Toplamak (frédéric dumond, Eric Watt, Anne de Sterk)

Direction artistique : David Moinard – Atelier Delta


Quelques mots de Lorraine Chénot, Présidente du Parc:

Le Parc naturel régional des Monts d’Ardèche a été créé en 2001 à l’initiative des castanéïculteurs (producteurs de châtaignes) et des habitants de ce territoire rural, fragile et remarquable. Pour cela, l’ensemble des acteurs publics et privés du territoire se sont réunis autour d’un projet qui repose sur la mise en valeur des patrimoines naturels et culturels. Le Parc est soutenu par ses communes (145), ses communautés de communes, les départements Ardèche et Haute-Loire et deux régions, devenues depuis le 1er janvier 2016, la grande région Auvergne-Rhône-Alpes." 


Toutes les collectivités s’investissent pour la mise en oeuvre de la charte et la réussite du projet LE PARTAGE DES EAUX : parcours d’art contemporain à ciel ouvert. Le lien au territoire, l’ancrage local constitutifs de l’ADN du Parc sont essentiels car au delà de son ambition culturelle LE PARTAGE DES EAUX est aussi un moteur de développement économique qui s’appuie sur l’artisanat, les savoir-faire, l’industrie et les professionnels du tourisme des Monts d’Ardèche.

Il s’agit d’accompagner un évènement majeur pour l’Ardèche et le monde: la découverte de la grotte Chauvet classée en juin 2014 au patrimoine mondial par l’UNESCO. Aujourd’hui, la Caverne du Pont d’Arc permet à tous de découvrir, grâce à un fac-similé éblouissant, les œuvres de ces artistes qui nous ont précédés il y a 35 000 ans.

Les artistes de la grotte Chauvet vivaient avant l’holocène, cette longue période de stabilité climatique qui a duré plus de 11 000 ans et a permis à l’humanité de se développer. Aujourd’hui, de plus en plus de scientifiques considèrent que l’espèce humaine est devenue une force tellurique qui influence l’avenir de la Terre et met en péril sa survie. Dans les Monts d’Ardèche, nous avons la chance de pouvoir relire l’histoire de la Terre depuis 500 millions d’années et aussi de faire découvrir les œuvres humaines les plus anciennes et les plus abouties.

Ces patrimoines naturels et humains peuvent nous aider à penser l’avenir.

LE PARTAGE DES EAUX, tout comme la reconnaissance UNESCO Geopark ont été imaginés dans ce but. Ils donnent aux habitants l’opportunité de rencontrer des scientifiques et des artistes et de s’interroger, avec eux, sur l’avenir de ce territoire. C’est ainsi que le Parc des Monts d’Ardèche souhaite incarner les valeurs fondamentales de l’UNESCO : sciences, culture et éducation pour construire la paix.

C’est le sens profond de ce parcours artistique sur la ligne de partage des eaux, point de rencontre entre deux mondes Atlantique et Méditerranée qui questionne la vie de nos enfants sur une «Terre» fortement brutalisée par l’espèce humaine.Les dispositifs paysagés et les oeuvres d’art matérialisent la ligne, rendent visible l’invisible, revisitent nos patrimoines. Ils évoquent la continuité du cycle de l’eau , matrice des paysages - des montagnes aux vallées - et dans le temps : l’eau que nous buvons aujourd’hui est la même que celle qu’ont bu les artistes de la grotte Chauvet et avant eux, les dinosaures qui ont laissé leurs empreintes dans notre Geopark. Serons-nous capables de conserver la qualité de nos rivières, de nos paysages, de nos productions agricoles, de nos modes de vie ? Nous sommes face à un immense défi. Serons-nous précurseurs ? Inventeurs ? Créateurs ?"